2024 05 LE Tupinier à Grézieu-La-Varenne

 LA MAISON DES TUPINIERS

  

Note relative à la Maison fraternelle de la Libre Pensée, au « Tupinier » à Grézieu-La-Varenne (*) et sur un de ses anciens maire : François CASSETTI (**)
Villeurbanne, le 15/02/2024
Cette note établie à partir de ces documents fournis par l’association « Les Amis du Patrimoine de Grézieu » dont remercions particulièrement Monsieur André SIMON, le Président et Madame et Madame Michel MANDON du bureau de l’association et qui nous ont fournis plusieurs documents et photos, et ont bien voulu nous recevoir Jean-Claude DUTOUYA et moi-même pour échanger sur François CASSETTI.
Nous connaissons François CASSETTI grâce à un article publié par Joël CHOTARD qui fut lui aussi Maire de Grézieu-La-Varenne (Mandat 1944 – 1977 après avoir présidé le Comité de libération).

CASSETTI

CET article permet d’établir que François (Francesco) CASSETTI est Né en « à Finale Emilia (***), en 1798, fis des études de médecine à l’époque de la réunification de l’Italie … antre dans la résistance contre les autorités établies, c’est-à-dire le Duc de Modène. Exilé, « la France l’assigna à résidence à Macon, puis à Grézieu La Varenne. … Cassetti exerça à Grézieu sa profession de docteur sous la surveillance de la Préfecture et du Maire… jusqu’au jour où il retrouva sa liberté et fut naturalisé français, après la révolution de 1848. Il fut très aimé de la population car il était d’un grand dévouement et soignait gratuitement les pauvres … Cassetti fut maire pendant 10 ans … Pour parler dans le jargon actuel, il fut certainement le maire le plus à gauche que la commune ait eu – Il fut militant de de la Libre Pensée qui, à l’époque, installa des maisons de « la Libre Pensée » dans la région de Vaugneray et entre autre une au « Tupinier. J’affirme qu’il administra la commune – une population catholique – sans parti pris, avec la sagesse d’un bon gérant et fit faire à la commune un bon remarquable. »

Que Francesco C SSETTI a écrit ses mémoires que le maire Joël CHOTART dit avoir lue.
Page 2 sur 2

Après sa présentation et son avis sur Francesco CASSETTI, il nous présente une énumération extrêmement intéressante « de quelques étapes de la vie municipale de CASSETTI ».

Francesco CASSETTI mourut en novembre 1884, à l’âge de 86 ans. Il avait prévu le jour de sa mort et son enterrement en signant lui-même les faire part.
Sa tombe est reste aujourd’hui encore entretenue par la Commune de Grézieu. Au sommet de la stèle figure une pensée toujours bien visible.

Jumelage de Grézieu La Varenne et de FINALE-EMILIA.
Fors des éléments connus de son histoire, dans les années soixante, le maire Joël CHOTART prend contact avec son homologue de FINALE-EMILIA et c’est en 1966 que la Commune de Grézieu le reçoit M. Angélio SOLA alors syndico de FINALE-EMILIA accompagné d’un groupe important de représentants des services de la ville et des habitants. Ce jumelage est encore bien vivant aujourd’hui. L’association « Les Amis du Patrimoine de Grézieu » prépare d’ailleurs très activement la prochaine rencontre.

Joël CHOTARD conclut son article :
Nous disposons également d’un procès-verbal officiel établi par le maire Francesco CASSETTI à propos du pavoisement de l’église de Grézieu La Varenne sous son mandat
_____________________________________
(*) commune française du département du Rhône-Arrondissement de Lyon
(**) Mandats : 1870 - 1874 et 1878 - 1884
(***) Commune italienne de la province de Modène en Émilie-Romagne. Se situe dans la plaine du Pô. La commune fait confins avec la province de Bologne. A 38 km de Bologne.

2024 04 19 les libres-penseurs dans la Résistance

               C’est connu, l’histoire officielle est toujours celle des vainqueurs.

               C’est moins connu, l’histoire des vainqueurs est du genre taiseuse à propos de certains de ses membres.

               L’histoire officielle de la Résistance en France le démontre.

               Officiellement, la Résistance se résume aux Gaullistes (c’est indéniable), aux staliniens (c’est indéniable mais après la rupture du pacte germano-soviétique en 1941) et aux catholiques (Dieu m’tripote, il fallait oser). Exit, donc, tous les autres résistants (syndicalistes, anarchistes, trotskistes, progressistes de tous bords et une grande masse anonyme de gens ordinaires). De ceux-là, pourtant innombrables, on ne parle jamais. Ou si peu.

               Ce livre, sinon unique, du moins rarissime, leur rend un hommage qu’ils n’ont jamais demandé. Et pour cause. Contrairement aux résistants de telle ou telle circonstance ce sont des résistants de toujours et d’à toujours. Des résistants qui, aujourd’hui, continuent de résister à l’intolérable de l’exploitation et de l’oppression de l’être humain par l’être humain tout simplement parce que la guerre sociale n’est pas terminée. D’où le silence mêlé de crainte à leur encontre de la part de tous les pouvoirs dont ceux issus de la résistance officielle, celle d’hier.

               Plus d’une centaine de ces braves sont répertoriés dans ce livre. Beaucoup de libres penseurs de tous horizons progressistes, mais tous et toutes des chevaliers de la pensée libre. Et c’est émouvant de découvrir certaines personnes que l’on a pu côtoyer en ignorant cet aspect de leur vie.

               Sérieusement, ce livre est un livre majeur. Parce qu’il rend hommage à cette armée de l’ombre qui fut l’âme de la résistance d’hier. Parce qu’il est le fruit d’un travail de recherche historique remarquable. Et parce qu’il taille en pièce un certain nombre de mythes véhiculés par la résistance officielle. Dont celui de l’indéniable attitude collaborationniste de l’Eglise se cachant sous trois gouttes d’eau bénite résistante. Et, enfin, parce qu’il nous démontre que la Résistance ne se résume pas à hier, dans certaines circonstances, et qu’elle se poursuit aujourd’hui, y compris contre certains résistants d’hier, tiens, au hasard, qui détricotent le programme national de la Résistance au niveau social comme sociétaire.

Oléron le 18/04/24

Jean-Marc Raynaud

  • Les éditions libertaires, les éditions de la Libre Pensée, 436 p, 14 €, en vente à la librairie Publico, 145 rue Amelot, 75011, Paris, et à la librairie de la Libre Pensée, 10/12 rue des Fossés St Jacques, 75005, Paris

2024 03 21 CREATION ASSO COMMUNE LYON

En mémoire de la Commune à Lyon

Jeudi 21 mars, de 18H à 20H
A la Maison des Projets Gabriel Péri
2, rue Gilbert Dru 69007 Lyon
(angle de la Grande Rue de la Guillotière,n°22)

Les décisions suivantes ont été prises :
1) Constitution d’une association affiliée collectivement aux Amis de la Commune (de Paris). Cette création permettra de demander de salle plus facilement, voire d’obtenir des subventions ou autres facilités.
Le lien avec les Amis de la Commune peut faciliter les recherches dans le domaine historique.
Cette association sera constituée « statutairement » lors d’une prochaine rencontre, avec des statuts et une proposition de cotisation, dès que tous les éléments auront été réunis. Les participants de ce jeudi constituent le Bureau provisoire.

2) Plaque commémorative du massacre du 30 avril 1871, place Gabriel Péri : nous nous adressons à Mme Tomic (EELV), nouvelle adjointe à la Mémoire en remplacement de Mme Delaunay. Mme Tomic est élue du 7e arrdt, et elle a déjà connaissance du dossier. Un financement citoyen a déjà été proposé. Nous avons l’espoir d’avancer, mais l’accord dépend toujours de la Mairie centrale et c’est le point problématique.

3) Lors de ce rendez-vous, la question de l’avenue Thiers sera également posée. Notre demande portera sur la pose d’une plaque mentionnant Auguste (et non Adolphe) Thiers, quel que soit le Thiers désigné par le nom de l’avenue – sujet controversé. Des noms de rue pourront aussi être proposés (Marie Bonnevial, Virginie Barbet et d’autres).

4) 1er mai : nous serons présents sur le cortège syndical, dont nous ne connaissons pas le parcours. La reproduction du projet de plaque sera rendue visible aux manifestants. Autre(s) panneau(x) : la proclamation du comité révolutionnaire de la Guillotière du 10 septembre 1870, et peut-être des affiches de la Commune de Lyon. Occasion de faire connaître notre initiative et de recueillir des noms pour l’association. Les syndicats seront bien sûr informés, leur place étant à nos côtés.

5) Idée d’une nouvelle conférence qui pourrait être un « regard croisé » sur les Communes de Lyon et de Paris, ou simplement sur le thème de la Commune. Parmi les conférenciers pressentis, Jean-Louis Robert a donné son accord de principe à Alain Bujard. Par ailleurs notre ami Matthieu Rabbe est disponible. Aucune date n’est arrêtée.

6) Edition, une fois l’an au minimum, d’un bulletin numérique avec une version papier. Les sujets d’articles ne manquent pas. Bulletin à caractère commémoratif et historique

cEeaqahCqyp9yW70

Depuis 3 ans à présent, une démarche a été entreprise auprès de la municipalité lyonnaise pour la pose d’une plaque commémorant le massacre de la Guillotière du 30 avril 1870, à l’initiative de la Libre Pensée du Rhône, des Amis de la Commune et de l’IHS-CGT. Cette demande, agréée dans un premier temps, reste sans réponse.

En avril 2023, lors d’une conférence organisée par la Libre Pensée du Rhône, nous avons pu entendre Mathieu Rabbe sur des faits qui étaient une découverte pour beaucoup. On sait mesurer à quel point cette histoire est méconnue des Lyonnais.

Ce jour-là, proposition a été faite de constituer une association pour perpétuer la mémoire de la Commune à Lyon et mener à bien la réalisation de la plaque.


Pierre Girod, Président de la Libre pensée du Rhône. Contact : 04 78 24 88 80 ; Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Alain Bujard, Institut CGT d’Histoire Sociale, correspondant régional des Ami-e-s de la Commune de Paris 1871.

Matthieu Rabbe, auteur de l’ouvrage « Les Communards à Lyon - Les Insurgés, la Répression, la Surveillance ».

2024 03 21 ASSO COMMUNE 1

2024 03 21 ASSO COMMUNE 2

2024 03 21 ASSO COMMUNE 3

2024 05 24 ADMD

« Nous choisissons de nous allier pour constituer une force progressiste et républicaine.

Nous nous retrouvons sur la base de valeurs et de convictions communes et en appelons :

  • Au respect de la liberté de choisir et d’agir des personnes, de façon éclairée et sans pression.
  • À l’effectivité des droits des personnes en situation de fin de vie, en particulier : l’accès aux soins palliatifs sur tout le territoire en termes d'égalité, le respect des directives anticipées et des volontés exprimées.
  • À la légalisation d’une aide active à mourir pour les personnes atteintes d’une maladie grave et incurable qui, en conscience et librement, la demanderaient.

Il importe qu'en France, chaque personne ait le droit et puisse réellement décider et faire respecter son libre choix de parcours de vie jusqu’au bout. »

Extrait du Pacte progressiste, signé le 20 mars 2023 par 18 organisations et constitué au 15 novembre 2023, par vingt-six associations, autour de MGEN et de l’ADMD dont les présidents, Matthias Savignac et Jonathan Denis, sont les deux co-porte-paroles.

L’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité,
La Mutuelle Générale de l’Education Nationale
La Fédération du Rhône de la Libre Pensée
Le Groupe de Villeurbanne de la Libre Pensée

Avec
Jean Louis TOURAINE
Professeur émérite de médecine,
Député honoraire,
Membre du Comité d’honneur de l’ADMD,
Auteur de l’ouvrage « Donner la vie, choisir sa mort, pour une Bioéthique de liberté », aux Editions Erès
Dominique GOUSSOT
Vice-Président de la Fédération Nationale de la Libre Pensée,
Animateur de sa Commission juridique.

Sylvie LONGEON-CURCI
ADMD - Déléguée du Rhône
Fabien LAPERRIERE
Mutuelle Générale de l’Education

Vous invitent à débattre le 24/05/2024 à 19 H

Salle des conférences, au Palais du Travail, Place Lazare-Goujon, à Villeurbanne

 

Intervention de la Libre Pensée à la soirée-débat sur la fin de vie organisée à Ste Foy lès Lyon le 29 avril 2024 par le député Cyrille Isaac-Sibille

Monsieur le Député, mesdames, messieurs,

Je vous remercie Monsieur le Député, d’avoir organisé ces réunions avec le cadre d’écoute mutuelle que vous avez fixé. .
Je m’exprime ici comme citoyen, militant de la Libre Pensée du Rhône. Je voudrais rebondir sur ce qu’a dit le dernier intervenant au sujet de la clause de conscience. La clause de conscience individuelle du médecin doit être respectée mais ne doit pas être entrainer la remise en cause d’un droit. Si on prend l’exemple de l’IVG, un médecin peut refuser de pratiquer un IVG mais il doit indiquer à la personne qui la sollicite où elle va pouvoir s’adresser. Un hôpital doit organiser un centre d’IVG. La clause de conscience ne s’applique pas à l’institution.
Ce sont ces mêmes principes qui doivent présider au respect des volontés individuelles en matière de fin de vie. Car, « Il n’y a pas de principe supérieur dans notre République qui oblige les patients en fin de vie à vivre leurs souffrances jusqu’au bout. » Le choix de sa fin de vie est une liberté démocratique serait-elle à conquérir. L’individu doit être libre dans une société libre.
Dans cette perspective, la Libre Pensée partage la position qui veulent obtenir qu’une loi visant à légaliser l’euthanasie et le suicide assisté et à assurer un accès universel aux soins palliatifs soit votée par le Parlement, comme le réclament 90% des Français interrogés par l’institut de sondage Ifop en juin 2023.

Avec le vote d’une telle loi, les Français bénéficieraient de leur ultime liberté, comme les Néerlandais, les Belges, les Luxembourgeois et les Suisses en disposent dans leur propre pays. En l’état, le projet de loi prévoit pour demander l’aide à mourir, il faudra être capable de discernement, avoir un pronostic vital engagé à court ou moyen terme et ressentir des souffrances réfractaires aux traitements.
Cela exclut de fait les personnes atteintes de maladie neuro-dégénératives ou rares. Pour elles, il sera soit trop tôt - leur pronostic vital ne sera alors pas engagé - soit trop tard - elles ne seront alors plus capables de discernement, la maladie entraînant des déficits cognitifs.
Nous posons la question, pourquoi cette exclusion, contraire aux valeurs universalistes de la République ? Les personnes en situation de maladie grave et incurable, souffrant physiquement ou psychologiquement, doivent être traitées de manière égalitaire. Pourquoi certaines pourraient être aidées en France, alors que d’autres devraient continuer à chercher une solidarité en Belgique, en Suisse ou, en France, dans la clandestinité ? Il convient que chacun puisse trouver une réponse en France. La condition de pronostic vital engagé doit donc être levée : médicalement, il est très complexe à déterminer, et dans les faits, cela reviendrait à laisser le choix aux médecins et non aux patients. Les personnes malades doivent pouvoir déterminer elles-mêmes le moment où leurs souffrances deviennent trop insupportables pour continuer à vivre, et demander alors à être aidées à mourir. Les directives anticipées rédigées en conscience doivent être prises en compte dès lors que la personne ne sera plus en capacité de s’exprimer, ce qui est d’ailleurs l’objectif premier de ces directives. Si la personne malade doit être au centre alors elle doit l’être aussi des soins d’accompagnement mis en œuvre pour son confort physique, psychique et social : l’aide à mourir doit également être possible dans le cadre de cet accompagnement.
Pour nous, comme pour les membres du Pacte progressiste, l’aide à mourir constitue bien le soin ultime dès lors qu’elle répond à la demande d’une personne malade, qui ne peut guérir et qui ne peut plus tolérer ses souffrances. Il est nécessaire que cette demande puisse être formulée par des directives anticipées rédigées en
conscience, ou directement par la personne capable de discernement au moment où elle l’aura choisi.
L’écoute, l’empathie et le respect sont autant de marqueurs essentiels de notre relation à l’autre, de notre humanité. Permettre à une personne en souffrance une aide ultime, relève de la solidarité. Au nom des principes républicains, nous pensons qu’il est nécessaire de faire évoluer le projet de loi pour que chaque personne en France puisse effectivement être libre de son accompagnement de fin de vie,
traitée de manière égalitaire et solidaire. En France, chaque personne doit avoir le droit de décider et de faire respecter son libre choix de parcours de vie jusqu’au bout. Je vous remercie.

2024 01 27 AG LP69

SUCCES DE L’AG DU 27 JANVIER DE LA FEDERATION DU RHÖNE DE LA LIBRE PENSEE !

Nous étions 22 présents, dont deux invités de l'IHS-CGT et des sympathisants, dont un a adhéré lors de l'AG !

Les rapports d'activité et financier ont été adopté à l'unanimité.

Il a été décidé :

1 Validation de la diffusion mensuelle d'une lettre d'informations en lieu et place de l'AN II tous les deux mois : la diffusion électronique sera la règle, sauf pour celles et ceux qui n'ont pas d'accès internet OU qui préfèrent l'édition papier. L'intégration dans la cotisation de cette diffusion papier est maintenue pour 2024. 

2 l'AN II sera émise 1 à 2 fois par an sous la forme d'un dossier thématique (en commencera sans doute par la commune de Lyon en 1871), idem que pour la lettre d'informations en ce qui concerne la diffusion.

 

Il a été évoqué les campagnes en cours (paix en Palestine, loi Darmanin, CER et liberté de conscience) et aussi la préparation du congrès mondial de l'AILP en octobre 2025, puisque notre fédération est chargée de s'en occuper.

2024 01 27 AG LP69 1

 

2024 01 27 AG LP69 2