banquet st cochon

Après le banquet « de la saint-Cochon » du vendredi 30 mars 2018

Le désormais traditionnel banquet de Lyon dit "de la saint-cochon" (contre les interdits religieux, pour la liberté de conscience)  a eu lieu en présence de 66 convives à la salle de la Maison Ravier du 7e arrondissement. L’animation musicale était assurée par notre ami Sébastien Baylet, et le repas excellemment préparé par Jean-Louis Andrieu. Encore une fois, merci à tous deux !

Au-delà de l’aspect festif de la soirée, nous avons noté avec plaisir la présence de représentants de plusieurs associations amies qui ont tous pris la parole sur l'actualité du combat laïque (Ligue des Droits de l'homme, Cercle Edouard Herriot, "Poing commun", militants ou responsables syndicaux de l’Education Nationale). Jonathan Bocquet, élu de Villeurbanne, a rappelé l'importance et l’actualité du combat contre la loi Debré, qui a motivé un voeu présenté au Conseil municipal de Villeurbanne. D’autres interventions ont porté sur les provocations du président du Conseil régional (crèches installées dans l’Hôtel de Région) ; sur le caractère trompeur de l’annonce d’une scolarité obligatoire à 3 ans, qui est en réalité un cadeau à l’enseignement privé ; sur le projet de refondation des relations entre l’Etat et les cultes sous l’égide d’un ensemble de « cultes représentatifs » ; sur la disparition du baccalauréat comme 1er diplôme universitaire, organisé au travers d’épreuves nationales et anonymes. On le voit, les sujets ne manquent pas.

La campagne pour la réhabilitation des "fusillés pour l'exemple" a également été rappelée comme un point d'accord pour l'action à venir.

Avec pour chacun son approche et sa sensibilité particulières, il est clair que le camp des laïques partage aujourd’hui les mêmes préoccupations. Un an après le meeting de « l’appel des laïques » pour l’abrogation de la loi Debré, cela nous rend confiant sur le fait que les conditions d’un commun se confirme. Faire connaître largement le vœu dit « de Villeurbanne », échanger, échanger encore : c’est la voie à suivre pour reconquérir terrain laïque, voie qui à notre sens pourrait prendre la forme d’un meeting rassemblant l’ensemble des forces attachées à la laïcité institutionnelle.

Il ne nous appartient pas d’en décider seuls, mais cette perspective est désormais possible, et nécessaire !

2018 03 30 BANQUET LP 69 6 2018 03 30 BANQUET LP 69 10 2018 03 30 BANQUET LP 69 25

 

 Interventions au banquet de la st Cochon de mars 2018

Qui nous sommes ?

Qui nous sommes ?

NOTRE ORGANISATION

La fédération du Rhône a mis à jour ses statute le 27 novembre 1997

Elle est déclarée en préfecture sur le numéro W691070502, SIRET 84998229300011

Son siége social est à la Maison des associations, au 7 rue MAJOR MARTIN 69002 LYON

NOTRE HISTOIRE

Plongeant ses racines dans l'Antiquité ( Socrate, Démocrite, Epicure, Lucrèce…) en passant par le Moyen-âge ( François Villon ), puis par la renaissance ( Erasme, Rabelais, Etienne Dolet, Giordano Bruno ) triomphante dans les lumières du XVIII ème siècle et la révolution française, la Libre Pensée fut l'oeuvre de tous ceux qui refusèrent les vérités révélées et imposées par les autorités et osèrent se dresser un jour pour dire non à l'obscurantisme et à l'oppression.

Fondée en 1847 par la rencontre des militants conscients du mouvement républicain et ouvrier naisssant qui se fixaient pour but la laïcité de l'Ecole et de l'Etat et la lutte intransigeante contre l'oppression religieuse, la Libre Pensée compta parmi ses membres les plus illustres figures du XIXème et du XXème siècle (François Raspail, Auguste Blanqui, Victor Hugo, Littré, Paul Bert, Ferdinand Buisson, Aristide Briand, Clémenceau, Emile Zola, Romain Rolland, Victor Basch, Edouard Herriot, Anatole France, Jean Jaurès, Bertrand Russel, Jean Rostand…

La Libre Pensée repose sur quatre principes fondamentaux que des générations entières de libres penseurs ont mis en oeuvre.

 

  1. Elle est anticléricale car elle refuse toute ingérence des religions dans la société civile et dans les institutions républicaines. Elle agit pour le strict respect de la loi de séparation des Eglises et de l'Etat du 9 décembre 1905, produit de l'action des libres penseurs. La Libre Pensée est pour la laïcité institutionnelle.
  2. Rationaliste, elle refuse toute vérité révélée, récuse tous les dogmes et considère les religions comme l'une des principales sources d'oppression et d'obscurantisme de l'hmaniée. Elle estime que l'Homme doit conquérir son bonheur de son vivant et non dans un pseudo-paradis extra-terreste.
  3. Internationaliste car, au-dessus de tout, elle place les intérêts des peuples. Pacifiste, elle refuse que les peuples se massacrent pour des intérêts qui  ne sont pas les leurs. Se prononçant pour le désarmement unilatéral, la Libre Pensée est membre des Forces Libres de la Paix.
  4. Sociale, elle milite pour l'émancipation totale de l'individu et refuse toute exploitation économique qui, comme l'oppression politique et religieuse, ne vise qu'à assujettir l'individu au mépris de ses droits légitimes.